Theologian / finding comfort in overwhelming negativity

theologian

 

DeterreFinding Comfort in Overwhelming Negativity est une œuvre qui effrayera sans doute tout amateur de pop. Il faut dire que le déluge de bruit que propose Theologian est d’abord peu amène. Pourtant, et c’est un beau paradoxe, la musique de Lee Storrow (l’homme derrière Theologian), malgré ses apparences franchement rudes, est parcourue d’une sérénité sombre qui mène petit à petit à un état extatique. Mais pour cela il faut aborder ce disque de Theologian sous un autre angle que celui du plaisir, Finding Comfort in Overwhelming Negativity relevant avant tout de l’expérience (on pense parfois à de la techno hardcore façon Micropoint, mais jouée au ralenti). Oublier la musicalité, faire le vide pour mieux se concentrer sur soi : voilà le défi que propose Storrow.

On pourra toujours dire que les compositions de Theologian n’ont en apparence rien à voir avec la théologie stricto sensu, mais il y a en revanche quelque chose d’ascétique dans ces quatre plages très longues, lancinantes même, qui tiennent de la prière ou du recueillement à tout le moins. Finding Comfort in Overwhelming Negativity dit le titre de l’album : oui, les sons forgés par Storrow sont d’une certaine manière « confortables ». Ce n’est pas un bruit qui agresse, mais un bruit ondulant, qui vit par petites touches, au gré de subtilités étonnantes (des textures caressantes, des filtres progressifs et hypnotiques, un clavier qui se confond avec une voix). Au final, la continuité des sons, voire même des chansons entre elles, nous plonge dans une sorte de sommeil éveillé, propice à la méditation. L’onde theta (*) n’est pas loin ! Après, pour accéder à cet état il faut accepter d’être immergé dans le monde sombre dessiné par Storrow. Torturé ? Non, pas vraiment. Mais on s’imagine facilement déambuler dans un univers futuriste, voire sur une autre planète, où la lumière n’aurait pas droit de cité. Peut-on parler pour autant de pôle « négatif » ? Oui, d’une certaine manière, si on considère que Finding Comfort in Overwhelming Negativity est la négation du jour, la négation des territoires connus.

Ce pôle négatif n’appelle pas pour autant des sentiments de peur ou de désespoir. La musique de Theologian est empreinte d’une forme de neutralité (au sens noble du terme) qui éloigne d’emblée toute forme d’angoisse ou d’anxiété. Mais pour l’apprécier il faut clairement se laisse aller, ne pas craindre l’abysse. Car Finding Comfort in Overwhelming Negativity  est une invitation au repli sur soi, c’est une musique qui fouille dans les entrailles, se faufile dans les tréfonds de l’âme. Une musique intimiste en somme. Même lorsque des beats ultrasaturés surgissent, il ne s’agit pas de provoquer une décharge d’adrénaline mais une vibration profonde, à l’unisson avec cet état de méditation dans lequel on se plonge rapidement en écoutant le disque. A vrai dire, on s’imagine bien écouter Theologian vêtu d’une toge, allongé les bras en croix sur un sol de pierre. Et la béatitude est toute proche…

bub

François Corda

bub

(*) L’onde theta est une onde cérébrale qui caractérise certains états de somnolence ou d’hypnose

 g

———

Theologian / finding comfort in overwhelming negativity

Date de sortie : septembre 2012

bub

 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.