MILLIE TURNER
hide + seek

Il y a quelque chose de délicieusement tendance dans la pop de Millie Turner. En soi, le projet est tellement arty qu’il déclenche immédiatement l’envie d’avaler un maté au rooibos accompagné d’un crumble vegan dans un lieu à la mode avec la déco post indus qui va de pair, à la fois classe et vintage.

Cette posture, exhibée dans des clips ostensiblement léchés, très esthétiques, pourrait fortement agacer. Mais la musique de Turner, tout à la fois urbaine, folk et nimbée d’électro, balaye toutes les réticences comme une vague d’eau claire, limpide et surtout très fraîche. Dès lors, grâce à cette bienfaisante vivacité, tout chez cette londonienne sera pardonnée, d’autant que son jeune âge – dix-huit ans – dénoterait plutôt d’un excès de passion, d’une envie folle de se confronter tout feu tout flamme à plusieurs formes d’expressions qu’à un calcul bassement marketing.

L’EP Hide + Seek s’affirme finalement avec simplicité, quand la musique seule et des mélodies efficaces retiennent quiconque les entendent dans leurs rets, tel le chant d’une sirène qui serait innocente et ingénue.

François Armand

Millie Turner / Hide + Seek (Grande-Bretagne | 15 novembre 2019)

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.