CAGE THE ELEPHANT
social cues

Ca sent la poussière, les amplis crachent leurs tripes, la batterie semble avoir trop vécu, et les cordes de guitares paraissent rouillées. C’est le son Cage the Elephant, (désormais) sextuor américain dont l’énergie semble vouloir déborder de partout depuis dix ans maintenant : riffs acérés, chant écorché, et on envoie le pâté sans se poser trop de questions, avec un réel souci d’efficacité et de plaisir direct. Pour autant le combo a su depuis ses débuts apporter ci et là une touche de fragilité à ses compositions via quelques claviers bien sentis et le charisme évident de son chanteur Matthew Shultz, toujours dans son élément qu’il s’agisse de brailler ou de minauder. Ce nouveau visage de Cage the Elephant, plus séducteur et ici omniprésent dans la seconde moitié de Social Cues, donne carrément le frisson dans le morceau de clôture « Goodbye », aux accents dramatiques inattendus. Voilà qui laisse espérer encore de très beaux jours à venir pour ces anglais d’adoption, dont le principal attrait réside dans cet alliage, plus fin qu’on ne pourrait le penser de prime abord, entre un rock garage US, à la forme très travaillée, et un sens aigu de la mélodie, une spécialité d’outre-Manche.

François Corda

Cage the Elephant / social cues (Etats-Unis | 19 avril 2019)

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.