STEEL PULSE
mass manipulation

Steel Pulse est une véritable légende du reggae, synonyme d’un âge d’or. Suite au fameux exode du « prophète » Marley à Londres à la fin des années soixante-dix, voici que les groupes punk locaux intègrent cette musique de ghetto (The Clash en tête) et s’approprient ce patrimoine Caribéen. Parallèlement, comme en réaction à l’assimilation de cette musique par les Blancs (mais sans s’opposer à celle-ci, c’est important de le noter), une génération d’artistes Britanniques vont ré-inventer le genre et le rendre majeur, contribuant à le faire survivre à Bob Marley, affirmant ses codes et garantissant sa substance, tant musicale qu’humaniste. D’Handsworth, quartier de Birmingham, Steel Pulse furent de ceux-là dès 1975 et continuent imperturbablement aujourd’hui à jouer leur reggae. A ce titre, ce nouvel album est une sorte de relique, un artefact oublié, puis déterré après bien des années, encore intact. Le son n’a pas changé d’un iota, ouvert (notamment vers un hip-hop lui aussi suranné, très nineties) mais sans compromis. C’est peut-être finalement un constat d’échec qui s’impose à l’écoute de l’album : malgré les tentatives du reggae pour évoluer et s’adapter à un monde qui ne croit plus aux utopies, ce sont les papys qui rappellent, avec une énergie inépuisable, la voie tracée jadis, avant la tendance actuelle à l’effondrement moral, tant dans la musique que nos sociétés.

François Armand

Steel Pulse / mass manipulation (Royaume-Uni | 17 mai 2019)

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.