IAMX
unfall

Chris Corner (IAMX) et Martin Gore (Depeche Mode). Depuis la fin des Sneaker Pimps jusqu’à présent, les courbes artistiques des deux hommes présentaient déjà de troublantes analogies : style (synth-pop romantique et mélancolique), thématiques (sexualité, introspection sombre), importance de la scène (esthétique visuelle omniprésente), main mise quasi totale sur la composition des chansons, et le parcours géographique (un passage de l’Angleterre natale par Berlin, puis la côte Ouest des Etats-Unis à la quarantaine). Voilà que les dites courbes se croisent avec Unfall, album instrumental d’électronique pure – dont on se demande d’ailleurs pourquoi son auteur n’a pas choisi d’en faire un disque solo (bien qu’on puisse considérer qu’IAMX est un projet autocratique) – qui rappelle immédiatement les échappées techno-expérimentales de Gore sous les pseudos VCMG et MG. Mais il ne faut pas se méprendre, Corner a son identité propre : avec IAMX, il explore des contrées industrielles que Gore exploite seulement en filigrane avec Depeche Mode, et la musique de Corner est sans doute aussi plus cathartique et négative. Les deux homme se rejoignent et se différencient de la même façon sur leur approche de l’électronique, à la fois directe (beats frontaux) et subtile (le travail d’orfèvre sur le son, résolument ancré vers le futur).

François Corda

 

 

 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.