THE CURED
David Freyne

Bien qu’il finisse souvent la cervelle éclatée à coups de fusils à pompe ou de battes de baseball, le zombie a parfois le droit à une deuxième chance. A l’image de la série britannique In the flesh qui voyait ses morts revenir à la vie sous la forme de zombies pacifiques et désireux de se réintégrer dans la société civile, The Cured nous narre l’histoire d’anciens zombies redevenus humains confrontés à une société qui ne veut plus d’eux, avec comme question centrale : comment peut-on pardonner à des criminels ? Un film à la dimension plus politique qu’horrifique donc, exploitant le film de zombies pour révéler les failles d’une société elle-même malade. Malgré des personnages manquant parfois d’épaisseur (la journaliste) et quelques incohérences, son scénario suffisamment original, à l’opposé des hordes de sprinters mortifères (World War Z), préfère aborder des sujets de société comme le communautarisme, la tolérance ou le pardon. The cured propose dans un genre ultra saturé, un angle intéressant et une réflexion très actuelle. Après Let us prey (2014) et Le sanctuaire (2015) le cinéma irlandais prouve une fois de plus sa vitalité.

 

Ivann Davis

| 2 juin 2018 | Irlande


 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.