TRIBULATION
down below

Le vampire sort lentement de son caveau, prenant son temps pour déployer tous ses effets devant les villageois apeurés. Pour parfaire sa mise en scène, il sort une platine vinyle et met un disque de Tribulation. Alors l’auditoire devient possédé ! Voilà la recette pour transformer des innocents en goules serviles. Si le tour était parfait sur l’opus précédent The Children of the night, le charme semble s’être quelque peu estompé avec Down Below. Non que cette voix d’outre-tombe accompagné d’un rock gothique envoûtant n’ait perdu de son pouvoir d’attraction, mais l’enchantement semble émoussé.

De fait, la puissance mélodique qui se dégageait du précédent opus est plus diffuse. Les couloirs sombres et poussiéreux, les allées désertes et bordées de haies, tout ce décorum charmant et désuet parait à présent moins tortueux, presque trop simple, malgré quelques solos épiques. Tribulation, conscient de son pouvoir, a peut-être renoncé à utiliser toute l’étendue de sa magie, afin d’emprunter d’autres chemins, moins évocateurs, plus balisés.

François Armand

Tribulation / down below (Suède | 26 janvier 2018)

 

 

 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.