EMEL MATHLOUTHI
everywhere we looked was burning

Transcendant un trip-hop hybride et décharné, le chant d’Emel Mathlouthi hypnotise. Parfois mince filet, il tétanise et fascine quand il prend son envol, d’abord légèrement rauque puis cristallin, il finit par emplir tout l’espace. La chanteuse Américano-Tunisienne l’use pour exprimer ses doutes et traduire les mouvements telluriques qui semblent la traverser, souvent dans sa langue d’adoption, parfois dans sa langue maternelle. En puisant sa force et son inspiration  dans la nature, à la fois simple et martyrisée, et par le truchement d’une production très ample, riche et parfois cinématographique avec ses cordes intenses aux accents dramatiques, l’artiste promet la renaissance après l’apocalypse. Everywhere we looked was burning oscille entre tragédie et espoir fou, parfois vibrant de désespoir, parfois exacerbé par une résolution sans faille.

François Armand

Emel Mathlouthi / everywhere we looked was burning (Etats-Unis | 27 septembre 2019)

 

 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.