WEDDING NIGHTMARE
Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin

EnterrePendant qu’Ari Aster (Hérédité et Midsommar) fait du cinéma, Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin, eux, se contentent de racler les vieux pots en espérant encore pouvoir y faire de bonnes soupes. Mais passé son pitch amusant (un rituel familial tourne au carnage), Wedding Nightmare se prend les pieds dans tous les tapis possibles : la chronique familiale est bâclée, la satire sociale façon Get Out est une coquille vide, on ne rit pas (ou si peu), on ne frissonne pas. Wedding Nightmare ressemble plus à une blague potache bien rance qu’au cauchemar espéré, auquel personne, ni scénaristes, ni réalisateurs, ne semblent vraiment croire tant toutes les péripéties et les mini twists de rigueur sont attendus. Derrière l’envers du décor on a du bien s’amuser, mais côté spectateur c’est la soupe à la grimace : définitivement, le cinéma d’horreur souffre désormais du même mal que celui de super-héros : l’industrialisation, et donc la normativité. Déprimant.

François Corda

| 28 août 2019 | Etats-Unis


 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.