MIRO SHOT
servers

Dans une approche électro pop décomplexée, s’appuyant sur une expérience passée (Roman Rappak, ex chanteur du groupe de rock Breton, est à l’origine du projet), Miro Shot puise sa singularité dans son concept même. Ainsi donc, les quatre pistes de l’EP Server seraient une synthèse d’un travail collectif, le résultat  simple et efficace d’une multitude de contributions. Le collectif serait composé de plusieurs centaines de membres, aux compétences variées dans les domaines de la musique, de la vidéo ou encore du code informatique. Voici un concept totalement ouvert vers le futur, la technologie et les changements sociétaux qu’implique une société qui serait fondée sur le partage de l’information. L’idée est simple : l’utopie technologique est possible, encore faut-il avoir la possibilité d’être acteur de sa création.

Pop bidouillée et aérienne, cet EP se fait le média idéal pour rêver d’un monde où la technologie ne serait pas subie, mais où chacun pourrait être acteur. En cela, ce projet rappelle les grandes expérimentations hippies portées par la folk ou le rock des années 70. A travers des mélodies vaporeuses sur lesquelles des voix, parfois désincarnées, sont posées (en cela elles sont interchangeables, c’est aussi ça le concept), le pari énorme – et réussi – est de parvenir à transmettre une sensibilité et une émotion humaine à travers un monstre numérique protéiforme, comme une profession de foi dans un avenir commun.

François Armand

Miro Shot / servers (Grande-Bretagne | 28 juin 2019)

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.