BEYOND CREATION
algorythm

A la frénésie déclenchée par guitares acérées et autre double-pédale tonitruante, un piano ou quelques arpèges viendront toujours répondre par un moment comme suspendu, résonant dans le silence. Ainsi donc, la froideur intransigeante des deux opus précédents se dilue un peu, Algorythm concédant quelques minutes à la brutale technicité de ces compositions pour mieux rappeler que la frontière est – étonnamment – ténue entre jazz, ambiant et… death metal.

On retrouve dans ce nouvel album tous les points forts des Québécois, à savoir des riffs incisifs et une basse au groove toujours remarquablement efficace, rappelant les cordes d’une contrebasse de jazzman. A cela le groupe ajoute à sa palette de nombreux passages progressifs, dénotant d’une volonté de traduire un discours complexe. En effet, si tant est que l’univers peut être régit par des lois mathématiques, l’humain n’en reste pas moins soumis à ses peurs et à sa souffrance. Beyond Creation rugit donc ses considérations philosophiques dans une sarabande qui, malgré sa densité et une importante gamme de couleurs musicales, reste homogène et mélodique.

François Armand

Beyond Creation / algorythm  (Canada | 12 octobre 2018)

 

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.