PHANTOM THREAD
Paul Thomas Anderson

Depuis There will be blood (2007) Paul Thomas Anderson ne cesse de sonder les abysses de la psyché humaine et son dernier film ne déroge pas à la règle. Librement inspiré du mythe de Pygmalion et Galatée, le réalisateur dépeint avec une rare finesse et une grande retenue un amour qui ne peut exister que dans une souffrance mutuelle et consentie entre deux êtres à la fois victime et bourreau. Comme dans Enquête sur une passion (1979) Phantom Thread est une ode à l’amour fou, l’avènement d’une passion grandissante virant progressivement au pathologique. Le réalisateur travaille la psychologie de ses personnages avec la précision d’un horloger suisse, avançant avec précaution, porté par le souci du détail et un sens aigu de l’écriture. Dépassant largement son contexte historique et son postulat de base, Phantom Thread est une oeuvre dont la force évocatrice vous reste durablement en mémoire et dont les silences courtois et les regards inquisiteurs valent milles mots.

Ivann Davis

| 14 Février 2018| Etats-Unis


 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.