MARCO CAïNE
à l’infini

Bien loin du clinquant ou de la fatuité qui caractérise parfois le rap, certains artistes tentent de trouver leur place sur l’échiquier. De fait, le rappeur se définit souvent comme un porte-parole, et ce à tort ou à raison. De même que dans la société avec ses représentants élus, le son de cloche peut diverger sensiblement lorsque l’homme de la rue prend la micro directement. Loin de proposer une vision nihiliste ou nombriliste (ou les deux), Marco Caïne exploite une certaine mélancolie pour chercher du sens au-delà de ses (tristes) constats du quotidien. Il raconte un monde à hauteur du quidam, piégé dans une vie où les choix se révèlent toujours très restreints. Le tout est mis en scène grâce à des boucles dont les textures vaporeuses forment un ensemble cohérent. Sans fards, A l’infini fait part d’un point de vue sincère, offert dans un écrin ouaté.

François Armand

 

 

 

Laisser un commentaire (soumis à modération)

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.