Split
M. Night Shyamalan

Censé signer le retour au firmament d’un auteur voué aux gémonies depuis de nombreuses années, Split se révèle finalement comme un film en demi-teinte, assumant avec difficulté ses influences (du Silence des agneaux en passant par Psychose), mais pétillant par endroits (la montée en sauce du mystère, les échanges entre Kevin et sa psy). Shyamalan est très doué dès lors qu’il triture les méninges du spectateur pour lui faire imaginer le pire (ici, la fameuse Bête, bien plus effrayante tant qu’elle n’apparaît pas à l’écran), moins dès lors qu’il s’agit d’affoler ses nerfs. De suspense il n’y a point, et de ce côté (le huis-clos en forme de séquestration) on ira plutôt (re)voir du côté de Ten Cloverfield Lane, que le réalisateur américain n’a sans doute pas manqué l’année dernière. On passera aussi sur les flashbacks un peu gratuits dans leur sordidité, on a connu Shyamalan beaucoup plus fin portraitiste (Le Village en tête). The Secret annonçait pourtant un beau renouveau… A suivre !

François Corda

 

Commencez à écrire et validez pour lancer la recherche.